MILITANT N° 671 mai 2015 – Halte à l’invasion programmée de l’Europe

Sans titre-1 copie

SOMMAIRE

  • De la subversion à la submersion – page 3
  • Le Grand Paris, nécessités et dangers (Maurice GUFFROY) – pages 4 et 5
  • Pour une mondialisation nationaliste (André GANDILLON) – pages 6 à 11
  • Clint Eastwood, un tireur solitaire à Hollywood (Camille MOUZAY) – pages 11 et 12
  • Proche-Orient : la sagesse russe (Nicolas OUGAROV) – pages 13 à 15
  • Chronique impertinente – page 16

4 euros

EDITORIAL

DE LA SUBVERSION À LA SUBMERSION

 

Dans un propos célèbre, Joseph de Maistre (Considérations sur la France), traitant des Droits de l’homme répliquait qu’il connaissait des Français, des Italiens, des Russes, mais l’homme, il ne l’avait jamais rencontré. Or cette boutade reflète la réalité : l’être humain ne s’hominise et n’existe pleinement qu’en s’enracinant dans une tradition, une civilisation dont il est l’héritier, à charge pour lui de les transmettre aux générations à venir. L’idéologie des « Droits de l’homme » issue des idées des « Lumières » nie cette réalité charnelle pour ne connaître que des individus interchangeables, hors sol et hors du temps, à savoir des cellules indifférenciées d’un grand corps appelé humanité.

Profitant d’un christianisme amolli, cette idéologie constructiviste, échafaudée dans le rejet des règles régissant l’ordre universel, a des conséquences subversives de la plus extrême gravité car elle aboutit à priver l’ être humain d’une partie essentielle de sa personnalité, à délégitimer le fait national et par suite toute action d’affirmation pour un peuple de son identité. Ce faisant, par suite d’une crise spirituelle vieille de plusieurs siècles, le front intérieur de l’Europe est affaibli.

Ce « droit de l’hommisme » et son corollaire l’antiracisme sont devenus depuis quelques décennies, comme jamais auparavant, un acide désintégrateur de l’âme des peuples, affaiblissant leur instinct de survie et leur capacité à réagir pour se conserver et se projeter en tant que tels dans l’avenir. Et pour être assurés que les peuples se soumettront sans trop rechigner, les promoteurs de cette idéologie d’anti nature dont la maçonnerie aux origines kabbalistes est l’agent actif, multiplient depuis plusieurs décennies, à l’échelon du Monde Blanc, des législations liberticides telles les lois Pleven et Gayssot qui visent à réprimer tout acte de légitime défense national. Le sacré ne réside plus dans Dieu ou dans l’ordre naturel, il réside dans une idéologie. Nous vivons dans la religion des droits de l’homme dont les textes sacrés sont la Déclaration des Droits de l’homme, les attendus de Nuremberg assortis de lois sur les sacrilèges punis de prison et d’amendes, son clergé à travers les associations anti racistes de tous ordres, sa liturgie avec toutes les psalmodies médiatiques et gouvernementales sur le même thème et ses journées de l’antiracisme, de la laïcité etc..

Cette « religion » se traduit par des législations et des attitudes laxistes envers l’immigration illégale, délinquante même au regard des lois en vigueur qui ne sont que mollement appliquées. En tout cas elles le sont bien moins durement que les lois Pleven et Gayssot ci-dessus évoquées ou que les excès de vitesse décrétés comme tels sur les routes. Toutes ces législations, telles l’ AME et la CMU, jouent le rôle de pompes aspirantes de l’immigration-invasion que nous subissons. Et si l’hostilité des peuples d’Europe face à cette situation va grandissant, les intérêts du Monde Blanc continuent à être trahis par l’oligarchie dirigeante qui, cornaquée par les cercles mondialistes, poursuit son travail de sape de nos sociétés millénaires d’Europe.

C’ est un fait : l’Europe est redevenue la citadelle assiégée qu’elle a été jusqu’au XVIIIe siècle. Son front extérieur est à nouveau sous pression d’envahisseurs, pour l’instant pacifiques. L’Espagne est menacée à Ceuta et Melilla mais aussi sur ses côtes, la Grèce sur sa frontière turque, tout comme la Bulgarie. La Russie souffre des migrations internes de populations d’Asie centrale et caucasiennes se déplaçant vers Moscou et Saint Petersburg, entre autres : les « tchërniï » (les noirs), comme les Russes les appellent, ne manquent pas de poser des difficultés d’ordre public et social. Mais en ce printemps 201 5, la frontière qui concentre les feux de l’actualité est celle de l’ Italie avec l’ échouage continu sur les côtes de l’ île de Lampedusa de milliers de migrants (1 1 000 au mois d’avril) dont l’origine, faut-il le rappeler, est due à la destruction de la Libye de Khadhafi par le très nuisible Sarkozy.

Or la manière dont est traitée cette vague migratoire sans précédent immédiat témoigne de la politique de trahison dont se rendent coupables les dirigeants de l’Europe occidentale. Elle illustre la manière dont la subversion au pouvoir est en passe de transformer ce déferlement d’étrangers au monde européen, et de ce fait inassimilables, en une submersion destructrice, le phénomène étant aggravé par le fait que des combattants islamistes profitent de la situation pour s’ introduire en Europe. Le gouvernement italien réquisitionne des bâtiments publics pour héberger des gens qui sont juridiquement des délinquants, bien souvent avec la naïve complicité du clergé italien et du pape, oubliant que la charité commande d’ être réaliste, en ce sens que l’accueil continu en Europe des populations miséreuses de la planète aboutira à appauvrir l’Europe et à ruiner tout le monde.

Mais l’affaire de Lampedusa ne fait que s’ insérer dans une politique pro immigrationniste de l’U.E. Ainsi, Natasha Bertaud, porte parole de la Commission européenne, a déclaré le 1 7 avril, concernant de légitimes mesures de protection frontalière prises par l’Espagne : « Il faut s’assurer que les points de passage des frontières sont accessibles pour permettre aux demandeurs d’asile de présenter leurs demandes, sans avoir à escalader des clôtures. Nous sommes en train d’examiner la compatibilité de la loi avec la législation européenne. » Autrement dit, l’U.E. Encourage et organise l’invasion de l’Europe !

Cette invasion est encouragée frauduleusement au nom d’un droit d’asile dénaturé dans la mesure où il est accordé sans discernement à des émigrants fuyant la misère mais refusé à un Edward Snowden pour ne pas déplaire aux États- Unis dont il avait dénoncé les pratiques d’ écoutes illégales de la CIA.

Parmi les mesures annoncées pour lutter contre ce gigantesque « Camp des Saints », aucune n’est de nature à l’enrayer. Il faut mettre fin à la politique de Schengen et les États doivent recouvrer leur souveraineté. Des mesures de surveillance accrues ne régleront rien aussi longtemps que les États d’Europe ne prendront pas des mesures drastiques et sans appel par lesquelles les candidats à l’invasion comprendront qu’ils n’ont aucune chance de rentrer vivant dans un État européen.

Sachons-le : les 200 000 immigrants illégaux qui entrent en France chaque année correspondent aux 200 000 avortements recensés officiellement. C’est ainsi que se produit le « grand remplacement » des populations d’Europe.

Enrayer cette politique de mort ne se fera pas avec une clique politicienne stipendiée d’un mondialisme pour lequel les nations sont le verrou à faire sauter. Mais pour rétablir notre front extérieur, il faut d’abord restaurer notre front intérieur. Seuls y parviendront des  gouvernements nationalistes agissant dans le seul intérêt de leurs peuples tout en œuvrant pour fixer sur leur sol d’origine les populations qui en fuient actuellement la misère.

MILITANT

Sans titre-2 copie

Votre commentaire