Militant N° 697 – Le venin macronien

SOMMAIRE :
Le venin macronien (Militant)………………………………………………………………………………………….. page 3
La République en marche vers le totalitarisme (Emile MALLIEN)…………………………………………. pages 4 et 5
Où en est la Turquie ? (André GANDILLON)……………………………………………………………………pages 6 à 10
Alstom, Chantiers de l’Atlantique : le bradage continue (Maurice GUFFROY)…………………………pages 11 et 12
Les impasses des élections allemandes (Albert FOEHR)………………………………………………….pages 13 et 14
Non au coup d’Etat catalan, premier pas dans le démembrement des Etats… (Albert FOEHR)….. pages 14 et 15
Trump à travers ses discours (Edme JOUANNEAU)……………………………………………………………….. page 15
Chronique impertinente…………………………………………………………………………………………………page 16

Le venin macronien

 

L’on n’y prête guère attention, mais le titre du parti créé pour soutenir l’actuel occupant de l’Élysée, « la République en marche », est à lui seul un programme. La République en France, « leur » République, est celle portée par les cercles gnostiques ennemis de la rationalité européenne et chrétienne, dont la maçonnerie, agent actif de l’Anti-France et de l’anti-civilisation, est l’expression visible. Elle est porteuse d’un projet universaliste, cosmopolite pour lequel la France n’a d’autre utilité que d’en être le quartier général. Le sieur Macron est là pour la faire avancer en vue de la réalisation de cette république universelle, négatrice des nations historiques.

Cela revêt des actions d’ordre intérieur et d’ordre extérieur qui consistent à  la fois à déposséder les Français de leur patrimoine culturel et matériel et à vider la France de ce qui lui reste de souveraineté, après les amputations déjà subies, la France n’étant plus, dans leur esprit, qu’un territoire au sein du continent européen et, par suite, du monde. D’ailleurs, combien de membres de cette coterie ne se revendiquent-t-ils pas « citoyens du monde » ?

Macron lui-même n’a pas manqué de dire, le 6 février 2017, qu’il n’y avait pas de culture française. Il a fait savoir, le 29 août 2017, devant les ambassadeurs, que « notre souveraineté, c’est l’Europe », autrement dit, que les souverainetés nationales étaient à mettre au musée. Nous en avons eu un exemple immédiat avec Alstom et les Chantiers de Saint Nazaire, allègrement vendus aux Allemands et aux Italiens… et aux banquiers, Macron poursuivant la grande braderie de l’appareil industriel français amorcé de longue date, déjà.

Ce n’est pas tout : il a prononcé à la Sorbonne, le 26 septembre 2017, un discours fleuve sur l’Europe – entendons l’U.E. – que nous aurions tort de négliger. Se posant comme celui qui allait relancer une « Europe à l’arrêt », il a détaillé un ensemble de mesures d’apparence hétéroclites mais qui ont leur cohérence.

Ces propositions visent toutes à accélérer la construction d’un État européen qui ne dit pas son nom. Il prône en premier lieu qu’en 2024, la France et l’Allemagne aient intégré totalement leurs marchés en appliquant le mêmes règles à leurs entreprises ; dure gageure lorsque l’on sait les génies propres de chaque peuple, et cela depuis 843.

Mais il y a surtout le projet de création de budget pour intégrer de fait les États de la zone euro avec son corollaire : la convergence fiscale et sociale. Auquel s’ajoutent : la création d’un budget de la défense commun, d’une « académie européenne du renseignent » et d’un «parquet européen de lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme». Et, pour que tout le monde se comprenne, il veut qu’en 2024, tous les étudiants « européens » soient au moins bilingues, entendons baragouinant tous un anglais international bâtard, au moment où la Grande-Bretagne quitte l’U.E. Là encore, un défi au vu des maigres succès en matière d’apprentissage des langues.

Mais il ne suffit pas d‘intégrer : il faut diluer les peuples d’Europe dans le cosmopolitisme : pour faire face à la crise des migrants, « principal défi » de l’Europe, il préconise de «créer un véritable office européen de l’asile» et une « police des frontières européennes», assorti d’un «financement d’un large programme de formation pour les réfugiés ». Autrement dit, alors que d’un côté, lui et ses collègues mènent une politique de génocide ethnique des Français et plus largement des peuples d’Europe, il veut planifier notre remplacement par des allogènes inassimilables mais considérés uniquement sous l’aspect de main d’œuvre utilisable pour servir les nouveaux buveurs de sueur que sont les membres de la super classe mondiale.

Cerise sur gâteau, en quelque sorte, pour mieux nous déraciner, Macron plaide pour l’introduction de « listes transnationales » pour l’élection des députés au Parlement de Strasbourg en 2019 et prône la réduction de 30 à 15 le nombre des commissaires européens, désolidarisant ainsi des États-membres ce qui est appelé à devenir un « gouvernement européen » de fait puis institutionnalisé. D’ailleurs, certains pensent peut-être y parvenir en détruisant tout simplement les nations d’Europe, l’affaire de Catalogne en étant un exemple…

De telles propositions sont inadaptées à la réalité de l’Europe, dans la mesure où celle-ci est d’abord une aire de civilisation constituée de nations sœurs à la personnalité riche d’une longue histoire, mais elles ont leur cohérence d’un point de vue mondialiste, lequel se définit en termes planétaires et cosmopolites. En réalité, cette « Europe » de Macron, c’est celle de l’invasion, du génocide ethnique, du déclin spirituel, culturel et économique. Ce sont des peuples qui refusent de mourir, c’est l’Europe centrale qui, avec Viktor Orban notamment, refuse de se laisser assassiner. Même les Allemands, pourtant lobotomisés depuis 1945 commencent à se réveiller au point que Merkel, complice de ces trahisons, risque de ne pas pouvoir épauler Macron, tant ses futurs alliés potentiels, ceux du FDP, sont méfiants envers l’idée d’intégration européenne.

D’ailleurs, Macron et ses mandants sont conscients du phénomène. En effet, au-delà de ce catalogue, faisant mine d’exalter un futur destin commun, il dénigre notre histoire, notre civilisation, parlant des « passions tristes de l’Europe » en évoquant ceux qui s’en réclament. En réalité, cette oligarchie mondialiste ne craint qu’une chose : le réveil des peuples d’Europe. N’a-t-il pas dit qu’il « souhaite réconcilier l’Europe – c’est-à-dire l’U.E. – avec les peuples, afin de les soustraire aux populismes », autrement dit, à ces courants qui, avec des intensités diverses, refusent de voir leurs peuples mourir ? Or, l’U.E., c’est l’anti-Europe, c’est la négation de son âme pluri millénaire  principalement homérique et chrétienne. Jamais, il ne pourra y voir quelque réconciliation entre une machine à détruire les peuples et ceux-ci qui, bien qu’actuellement affaiblis, conservent une force vitale qui couve comme une braise sous la cendre de l’apathie, de l’acédie actuelles.

C’est encore, en craignant ce réveil qu’une étincelle prochaine peut transformer en incendie purificateur, que les coteries mondialistes tentent d’étouffer les justes demandes des peuples, par la voix de leurs éléments les plus conscients, en multipliant les lois répressives, tel ce décret macronien du 3 août 2017 qui légalise la délation des propos tenus en privé que la vulgate droit de l’hommiste condamne et ouvre la voie à la création de camps de rééducation ; qu’il veut renforcer la fiscalité spoliatrice des patrimoines, envisageant maintenant de taxer ceux (en fait les moins aisés) dont les demeures auraient des « performances énergétiques insuffisantes » au nom de cet autre aspect du totalitarisme mondialiste qu’est le réchauffisme.

Pourtant, le réel finit toujours par l’emporter sur ceux qui s’en rient et le bafouent. C’est de ce fait d’expérience, que les nationalistes tirent l’espérance qui nourrit leur action et les rend inaccessibles au découragement.  

 

MILITANT

697

Votre commentaire